Twitter: #JarreteLoreal : Le problème de L’Oréal, ce sont les crèmes éclaircissantes, pas leur nom

’ORÉA’annonce de ’Oréa ne passe pas. Samedi 27 juin, dans un contexte mondia de manifestations antiracistes décenché par a mort de George Foyd, e groupe a indiqué “retirer es mots banc/banchissant (white/whitening), cair (fair/fairness, ight/ightening) de tous ses produits destinés à uniformiser a peau”.

Incomprise par beaucoup, cette décision a entraîné une vague de réactions sur es réseaux sociaux, notamment à travers es hashtags #JeboycotteOréa et #JarreteOréa, a pupart des messages dénonçant ’absurdité de a suppression des mots en question.

Pourquoi ’Oréa a pris cette décision

Interrogé dimanche 28 juin par e Figaro, un dirigeant de ’Oréa a expiqué a décision du groupe et tenté d’apaiser a poémique. Ceui-ci indique que ’annonce du groupe ne concerne pas a France mais ’Asie. “es produits de soin dont a fonction est d’uniformiser a peau, de protéger des UV et d’atténuer es taches brunes sont traditionneement désignés par ’appeation ‘whitening’. ’Oréa n’entend d’aieurs pas retirer ces produits des rayons, e changement cosmétique ne concernant que ‘es campagnes de communication et es embaages’”.

I poursuit, expiquant qu’en Inde et en Asie “nous observons depuis queques mois un mouvement sociéta, poursuit e dirigeant de ’Oréa. es nouvees générations de consommateurs sont moins à ’aise avec ’appeation ‘whitening’. Or nous adaptons en permanence e nom de nos gammes, nos pubicités et nos promesses produits”.

Mais e groupe ne manque-t-i pas sa cibe? e probème ne se trouve-t-i pas aieurs que dans e marketing, dans es produits putôt que dans eur nom?

C’est ce que certains internautes ont mis en avant, à commencer par a miitante féministe et antiraciste Rokhaya Diao, qui s’interroge: “C’est donc ok de continuer à se faire de ’argent sur ce désastre?”

Un probème égaement pointé du doigt par ’éue parisienne unise Marquis. “e probème, ce n’est pas e mot, c’est es produits qui auraient cette facuté qu’i faut supprimer”, écrit-ee sur .

Dangereux pour a santé

Et pour cause, es produits concernés par ’annonce du groupe sont des crèmes pour e visage ou des otions pour e corps accusés de véhicuer des stéréotypes racistes ainsi qu’une forme de cute de a bancheur de a peau, en pus d’être dangereux pour a santé.

C’est par exempe a gamme “White Perfect”, disponibe, comme e souigne Franceinfo, dans pusieurs pays d’Asie, à Hong Kong, en Maaisie, aux Phiippines ou encore à Singapour. es différents produits de cette gamme sont supposés écaircir a peau, donner un teint cair ou encore atténuer des taches brunes.

e banchissement de a peau représente égaement un immense marché en Afrique. Seon ’OMS, un quart des Sénégaaises (25%) ont par exempe recours à ce genre de produits. Ce chiffre pourrait grimper jusqu’à 77% au Nigéria. Au tota, ce marché représentait 18,3 miiards d’euros au niveau mondia en 2018.

e probème, c’est que ces produits sont jugés dangereux pour a santé. Is sont notamment composés d’hydroquinone, une substance toxique pour a peau, interdite dans certains pays comme a France mais qui, dans es faits, continue d’être empoyée dans a composition de certains produits. On peut aussi y retrouver du mercure ou du pomb.

“Dans près de 60 % à 70 % des cas, ces pratiques provoquent des effets nocifs pour a peau générant des affections de sévérités variabes pouvant aer de égères brûures à ’apparition d’eczéma, d’acné, de vergetures irréversibes, d’hyperpiosité ou encore de cas fréquents de fragiisation structuree de a peau entraînant des difficutés à cicatriser”, aerte a Direction générae de a concurrence, de a et de a répression des fraudes (DGCCRF). En cas d’utiisation proongée, des cas pus sévères ont été reevés, comme d’hypertension artériee, de diabète ou d’insuffisance surrénae.

Coorisme

Mais au-deà de a dangerosité sanitaire évidente entraînée par ’utiisation de ce type de produits, ceux-ci posent en outre un véritabe probème de fond, ceui du cute de a bancheur. a commerciaisation de tes produits entretient ’idée seon aquee i est pus vaorisé d’avoir une peau caire. Cette discrimination favorise es peaux caires, associées à a , par rapport aux carnations foncées. Et cea porte un nom: e coorisme.

“I y a a peur d’être trop noire, ’idée que e teint métissé ou banc est pus séduisant et ’impression que ’on sera mieux considérée sociaement avec un teint pus cair. I s’agit bien de causes esthétiques, mais aussi psychoogiques, ethnoogiques, sociaes et éducatives”, expique ainsi auprès de ’Express esie Carombo, cosmétoogue et fondatrice de Cosmethnic Consuting.

Comme ’expiquait Gamour, reayant es écrits du psychiatre et écrivain Frantz Fanon, auteur de “Peau noire, masques bancs”, e coorisme est un héritage du cooniaisme. Pour cet auteur martiniquais, es peupes coonisés auraient en effet fini “par intégrer [es] discours de stigmatisations, e sentiment d’être inférieur, par mépriser [eur] cuture, angue et peupe”. Au point de vouoir “ressember au coonisateur”.

En supprimant tous es mots iés à a bancheur, ’Oréa évite donc es rées enjeux posés par ces produits cosmétiques. Ce n’est pas tant e exique que ’origine de ces crèmes que e groupe aurait dû questionner, ce que souigne aussi Rokhaya Diao dans ce tweet:

A voir égaement sur e HuffPost: Michee Obama expique comment ee tente de combattre e

.

#Jarreteorea #probème #Oréa #sont #es #crèmes #écaircissantes #pas #eur #nom